Actualité

Les piscines et la justice sociale.

 

Dans le débat sur les efforts à faire pour affronter la double crise environnementale et sociale actuelle et pour entrer véritablement dans cette transition écologique qui, en fait, n’a que trop tardé, la question des piscines privées n’est pas qu’anecdotique, elle est d’abord symbolique, et l’on sait la force des symboles dans le combat politique et dans l’acceptation par les populations de la société elle-même et de son ordre, de ses exigences : que la justice sociale puisse sembler oubliée, et c’est le mécontentement et, même, la colère des classes sociales populaires, voire des classes moyennes déjà très fragilisées par leur déclassement contemporain qui n’est pas que matériel, mais existentiel (ce que ressentent les enseignants dont de récentes études évoquent une perte de 20 % de pouvoir d’achat en moins d’un quart de siècle, hors l’inflation des mois derniers, mais surtout une perte de la reconnaissance sociale et de l’autorité afférente). Ce n’est pas le fait que des populations plus aisées que le commun des Français se fassent construire des piscines qu’elles réservent à leur parentèle et à leurs amis qui est le plus choquant, même si cela peut agacer, en particulier quand elles sont creusées à quelques dizaines de mètres de la plage ou de la mer, dans une volonté de « séparatisme des riches » qui est de plus en plus la marque d’un refus du vivre-ensemble social et de l’unité de la société française. Ce qui est le plus choquant, socialement parlant, c’est que, dans le même temps, les piscines publiques destinées aux catégories populaires soient fermées en été, ce qui prive nombre d’enfants et de parents qui ne partent pas en vacances d’une possibilité de se détendre tout en apprenant, pour certains, à nager : en somme, c’est la double peine pour ses familles souvent peu favorisées !

 

Le quotidien La Croix est l’un des rares journaux à évoquer ce souci, dans son édition du mardi 23 août 2022, sous le titre éminemment explicite : « Les piscines fermées pénalisent les classes populaires. » Dans cet article, il est rappelé l’argument classique (et parfois tout à fait avéré) de la question financière pour la fermeture : comme l’affirme la commune d’Issy-les-Moulineaux dans sa communication, « une fermeture longue permet de réduire durablement les consommations d’électricité, mais également d’eau et de chauffage », une économie estimée à 70.000 euros pour une fermeture du 24 juillet au 4 septembre. Quelles sont les principales victimes de ces décisions municipales qui sont aussi prises à Toulouse, ou à Lyon, deux métropoles qui, pourtant, ne manquent pas d’argent, y compris quand il s’agit de financer certaines initiatives culturelles parfois bien peu « populaires » ? Ce ne sont pas les propriétaires d’une piscine privée, évidemment, ni les classes moyennes qui, généralement, pratiquent le « nomadisme estival » durant les vacances scolaires ; mais ce sont bien les classes les plus populaires, celles qui ne partent pas toujours en vacances : « Chaque année, environ quatre Français sur dix sont privés de vacances, selon une enquête annuelle du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). » Il est probable que cette proportion soit, cette année, un peu plus élevée à cause de l’inflation, en particulier du prix des locations et de la place de camping. Alors, pour ces populations-là, la piscine publique est le moyen d’offrir aux enfants un peu de loisirs à moindre frais et, en période de fortes chaleurs, de moins souffrir des effets d’icelles alors que les « non-vacanciers » sont aussi les moins bien logés et ceux qui souffrent le plus des hautes températures avant, dans quelques mois, d’éprouver les rigueurs de l’hiver…

 

Un autre aspect de la question des piscines publiques est évoqué par La Croix, aspect souvent oublié lui aussi : « Dans un rapport de 2018, la Cour des comptes estimait que le taux d’équipement aquatique dans les communes disposant d’un quartier prioritaire était inférieur de plus de 40 % à la moyenne nationale. » Ce chiffre est tristement révélateur d’une situation que l’on peut qualifier de socialement injuste, et il ne semble pas que cela soit le résultat d’un malencontreux hasard : « Pour Bertrand Réau, sociologue et titulaire de la chaire « Tourisme, voyages, loisirs » au Conservatoire national des arts et métiers, ces différentes situations reflètent « une absence de politique globale concernant le temps libre ». Pendant les Trente Glorieuses, le nombre de départs en vacances a augmenté toutes catégories sociales confondues, et l’État a mené une politique soutenue du secteur, avec la construction de « centres de vacances et de loisirs » ou d’équipements pour la jeunesse, comme des piscines. Mais au début des années 1980, alors qu’environ 40 % de la population ne part pas en vacances, le gouvernement s’est progressivement désengagé, en menant une politique plus individualisée. » Ce désengagement coïncide ainsi avec l’arrivée des socialistes au pouvoir, semble-t-il, mais s’est poursuivi et intensifié avec les gouvernements suivants, de Chirac premier ministre à Macron président, et cela confirme l’amenuisement des distinctions entre les modèles économiques et sociaux prônés par les différentes tendances partisanes qui se disputent la République, sans doute sous la pression d’une mondialisation alors en plein essor et d’un esprit propre à une société de consommation arrivée à maturité et désormais « obligatoire » (le « règne de l’abondance »…). C’est aussi le début du processus de ce que l’on a nommé, peut-être par facilité plus que par discernement, la « libéralisation » qui, en fait, est surtout la fragilisation d’un modèle social français qui devait beaucoup aux années 1930-1950 et qui avait été, en grande partie, confirmé par le règne gaullien. Le recul des services publics dans le monde rural et des petites villes quand la République, sous tous ses gouvernements, choisissait la voie de la métropolisation (dont le TGV sera un marqueur comme un vecteur), n’est pas un hasard ni une fatalité mais traduit une volonté de « profitabilité » qui devient bientôt l’un des aspects majeurs de l’idéologie dominante en Europe, voire dans le monde entier, à des degrés différents néanmoins.

 

Après tout, si ce désir de profitabilité avait, justement, profité à tous, par exemple par une meilleure répartition des fruits du travail réellement effectué (et non par la spéculation financière dont quelques uns avaient les clés, us et coutumes autant que stratégie et esprit), la justice sociale aurait pu s’affirmer un peu plus. Mais, ce ne fut pas le cas, et l’individualisme de masse, conjugué au désir de bonheur matériel (toujours la fameuse abondance dont la fin est annoncée ce mercredi 24 août par le président Macron sans avoir jamais été définie autrement que par des critères purement économiques), n’a mené qu’à une extension démesurée des inégalités qui, quand elles deviennent déraisonnables et inappropriées, sont des injustices qu’il convient, pour tout citoyen et État digne de ce nom, de combattre et, si possible, d’éradiquer.

 

Soyons précis : ce n’est pas en interdisant les piscines privées (une mesure qui ne me semble pas vraiment appropriée et qui rentre plutôt dans le cadre de « l’écologie punitive », véritable discrédit de l’écologie elle-même) que l’on mettra fin aux injustices et à l’indécence sociales. Mais c’est en soutenant et finançant (1) les piscines publiques (et prioritairement celles qui sont installées dans les quartiers populaires), et en mettant en place une nouvelle stratégie de la gestion de l’eau et de son utilisation publique par exemple, que le plus grand nombre pourra profiter des équipements aquatiques urbains et ruraux, ceux-ci pouvant aussi devenir des vecteurs de la lutte contre les effets des fortes chaleurs sur les populations des quartiers populaires et, peut-être, sur la « désaffiliation familiale » qui peut être combattue en offrant aux parents des possibilités d’activités ludiques et sportives à leurs enfants parfois désœuvrés, faute de ces équipements… En tout cas, il ne serait pas inutile d’y réfléchir, autant au niveau des communes que des régions et de l’État.

 

 

Justice sociale naf

 

 

Notes : (1) : Pourquoi pas trouver des financements nouveaux en taxant de façon significative les piscines particulières situées à quelques centaines de mètres de la mer plutôt que celles qui sont à des centaines de kilomètres du littoral ? C’est une proposition parmi d’autres possibles.

 

 

 


23 novembre 2022

20 novembre 2022

25 octobre 2022

10 octobre 2022

03 octobre 2022

30 septembre 2022

13 septembre 2022

07 septembre 2022

17 août 2022

14 août 2022